Les gens du commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les gens du commun

Message  RossVell le Sam 27 Aoû 2011 - 12:31

Les gens du commun, qu'est ce qui est possible pas possible pour eux, qu'est ce qui les choque au point de devenir fou ?

Exemple :
Sont ils plus ouvert à un evenement surnaturel si c'est présenté comme un miracle ?

Par rapport aux créatures , quel est le point de vue commun ? Les vampires, les loups garous, les zombies, les dragons, les fées etc.... ?
?
Bref quel est leur rapport au surnaturel ?

RossVell

Messages : 528
Date d'inscription : 18/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les gens du commun

Message  Asmodeus Mogart le Lun 29 Aoû 2011 - 15:30

Les gens du commun ne sont pas forcement très choqués par quoique se soit.
Je ne pense pas qu’ils puissent devenir fous en voyant un acte magique.

Il y’a deux sortent d’évènements : Les évènements ponctuels comme un magicien qui lance une boule de feu ou un prêtre devenant fou et les évènements plus continus comme l’installation « d’érudits aux pouvoirs étranges » dans la contrée voisine.

Pour les évènements surnaturels ponctuels ils auront toujours une réaction assez suspicieuse sauf si cela ressort du miracle. S’ils sont plus ouverts à un évènement surnaturel présenté comme un miracle c’est que cela fait un certain nombre de siècle qu’on leur enfonce dans le crane que la voie du seigneur est merveilleuse. Donc tout miracle ne peut être que bon.
Pour un évènement magique ou même féérique, tout dépend vraiment de la façon dont cela va impacter la vie des villageois (mort ou survie de plusieurs d’entre eux). Ceci dit avant dans des temps plus anciens ou dans des villages plus reculés, les gens du commun étaient assez ouverts aux fées ou aux créatures magiques.
Il n’y a bien sûr qu’une seule chose pour lesquels ils ont une haine assez viscérale pour la même raison que le divin : c’est le diable et tout ce qui peut s’en apparenter (cela fait un certain nombre de siècle qu’on leur enfonce dans le crane que la voie du diable est mauvaise).

Pour les évènements plus "continus" :
Je dirais pour faire simple que les paysans sont d'abord tournés vers leurs survie, il n’était pas tout les jours simple de vivre au moyen âge. Ils auront donc tendance à bien accueillir les gens qui leur permettent de vivre mieux.
Ils sont capables de vivre avec des mages ou des créatures féériques si ceux-ci sont bons ou au moins les protègent.
Par exemple, dans certains villages et villes des Carpates, les créatures de la nuit peuvent être vénérées, parce qu'elles sont puissantes et les protègent d'autres malheurs plus terrible. Il y'a même une ville dans l'Empire Romain germanique dont le protecteur tutélaire est un dragon.
Je dirais pour simplifier, que l’ouverture d’esprit des gens du commun au surnaturel est proportionnelle aux bénéfices qu’ils peuvent en retirer.
Il faut aussi savoir que dans un monde dur et sans pitié comme le moyen âge, une des choses auxquels les gens du commun sont le plus sensibles, c’est l’exemplarité ou l’adéquation entre le discours et la méthode.
Si on prend les cathares, ils ont eu autant d’influence dans le sud, c’est parce qu’il prêchait une foi (Dieu, le principe Bon) en adéquation avec leurs actes. C’était le contraire des bénédictins riches et gras qui se prélassaient dans leurs abbayes soutirant des paysans de lourds impôts pour entretenir leur train de vie (je simplifie). Les gens du commun sont bien sûr sensible à toute cérémonie et festivités ou actes marquants mais ils accorderont la confiance à des gens d'actes (des gens qui agissent pour leurs biens) et des gens proche d’eux.


Après leurs réactions (positive ou négative) face à un évènement surnaturel, il reste toutes les conséquences de celui-ci, notamment le RÉCIT qu’ils vont en faire. Il faut bien avoir en tête qu’au moyen-âge, il y’a extrêmement peu de divertissement. Pour les hommes, il y’a la boisson et la bête à deux dos et les femmes…plus ou moins rien. Donc une histoire, un évènement surnaturel est très important dans la vie d’un village de ce point de vue là. Il va donner matière à parler pendant de longues soirées, et nourrir de nombreux commentaires ce qui est autant de pris sur l’ennui.

Ici nous avons évoqué des relations avec des gens du commun plus ou moins amicales. Ils est toujours possible de les soumettre, les terroriser, etc..


En général pour conclure, les gens du communs n'aiment pas le diable et la mort (personne n'aime la mort).
Pour les actes magiques et féériques, cela dépend de comment ils en sont affectés.
Il sont plutôt réceptif aux actes divins.

Asmodeus Mogart

Messages : 5914
Date d'inscription : 11/06/2011
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum