Leurs spectacles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Leurs spectacles

Message  Odnis le Sam 23 Mar 2013 - 17:00

Les convives entrent dans la salle de réunion aménagée pour l’évènement : l’obscurité y règne en maître, seul une lanterne surélevée par une chaise et une table, calfeutrée sur plusieurs parois, laisse un faisceau de lumière éclairer un drap blanc accroché au mur. Entre les deux, des chaises invitent les spectateurs à s'y installer. Vous percevez des lanternes éteintes aux quatre coins de la pièce.

Avant de commencer, Xzyl vous fait face, fort stressé, il parle très lentement en laissant de léger blanc à chaque fin de phrases.

Merci d'être tous venus aujourd'hui, je souhaite partager avec vous l'une de mes avancées.
Celle-ci n’est point sur la Magie, mais personnel, j’espère que votre regard ne changera pas.
Vu que nous sommes une alliance, il est normal de partager quelques-uns de nos secrets.
Vous avez pu entendre lors de mon passage de gantelet que j'ai du sang féerique... ou en tout cas, maintenant vous le savez.

Cette particularité me procure un certain pouvoir, celui-ci n’est guère dangereux, mais peut être déroutant pour les non habitués.
J’ai mis du temps à me décider, heureusement qu’une experte dans le spectacle, la célèbre Blanche, fut à mes côtés pour m’aider à trouver le format adéquate.
Ainsi lors de cette soirée vous vous accommoderez à ce don, ensuite si cela se passe bien, vous pourrez me poser des questions.


Xzyl va vers la lanterne, monte sur la table et commence à projeter un jeu d'ombres, les formes sont très basiques, parfois loupées.
Au bout de quelque minute, le public se demande ce qu'il fait dans cette salle. L'idée qu'un enfant de dix ans peut aussi le faire vient à l'esprit.

Des craquements de doigts se font entendre derrière vous, une voix confiante se fait entendre :

Maintenant, devinez ce que je dessine.

Les représentations n'ont plus de louper, vous les devinez facilement : Une tête de chien, de chèvre, de rat... Au fur et à mesure, les figures se compliquent représentant entièrement des personnages ou des animaux.
Blanche qui se trouve au dernier rang s’amuse à citer à voix hautes ce qu’elle perçoit, rendant l'attraction plus folklorique.

Les minutes vont et viennent... Un moment, vous clignez des yeux, l’instant d’après, les contours se font plus nets, vous percevez parfaitement des détails, comme les cheveux ou les rides.
Les silhouettes se font, se défont doucement l'une après l'autre, certaines semblent être entourées de lumière, détachées de l'obscurité ambiante.
Des petites tâches de différentes nuances de gris apparaissent timidement pour recouvrir entièrement les dessins, rendant ces derniers d'un réalisme incroyable.

Une seconde figure vient à la fête devenant un personnage, un animal ou un végétal, puis une troisième, une quatrième...
Ce n'est plus des mains qui manipulent la lumière, mais une encre vivante qui modélise sur le mur les pensées de l’artiste. Cette pensée vous met mal à l’aise et en même temps vous attire, un silence pesant envahit la salle.

La qualité des dessins sont extrêmes, les spectateurs ont le droit à leurs portraits en noir et blanc d’une finesse des plus stricte, la moindre ride, cicatrice visible ou défaut dans l'habillement de tous les jours y sont présents.
Les formes se modifient et certains traits s’amplifient ; un Amalrik portant une barbe qui jusqu’aux pieds, une hache doublant de volume... un Aodren dont la ligne s’affine et devient très grand... un Ulfius entouré de livres... un Alexios couvert d’une armure trop large et une épée aussi lourde... un Tibors très lumineux avec une auréole... un Ailin qui reste Ailin...

La petite fille derrière vous rit de bon cœur.

Au final, un tableau de la taille du mur se présente devant vous; une maison dans une clairière à côté d’un petit potager, ressemblant étrangement à l'Alliance.
Sa porte s'ouvre et un homme en sort, des habits sombres, le teint blanchâtre, ces cheveux de jais recouvrent partiellement une hermine à son cou. Il n’y a aucun doute sur l’identité de la personne, celle-ci ayant les mêmes couleurs monochromes dans la réalité.
Le sourire aux lèvres, sa silhouette s'incline comme à la fin d'un spectacle, un rideau d’ombre tombe sur la scène.

Des applaudissements de Blanche se font.
Les secondes passent et la pièce reste dans le noir. Xzyl d’une voix essoufflée reprend la parole :

Amalrik, pourriez-vous venir à mes côtés et jouer un morceau festif?

Le musicien se retourne, il s’aperçoit qu’une chaise éclairée l’attend. Le rideau remonte aux premières notes, laissant place à un buffet où une dizaine de personnes sont attablées. Vous remarquez Astinus parmi les convives. La salle ressemble à un vieux temple romain.

Une troupe de saltimbanques s’incline devant vous avant d'exécuter leur divertissement. Vous percevez que la vision balaye les différents acrobates afin d’étudier leurs mouvements. Cependant, elle s'arrête sur une jongleuse. Les gestes de cette dernière sont nets, sans bavure, s'entremêlant parfois avec ces longs cheveux blancs, envoûtant. Tout devient flou autour d’elle, pour finalement il ne reste qu’elle. Les traits exacts de la jeune fille se dessine rapidement, elle devient plus grande, la taille d’une gamine de dix ans. Sa représentation dure un certain temps.

Elle se tourne dans votre direction, quelque seconde plus tard, ces yeux s'écarquillent, ses gestes deviennent confus et l’une de ces sphères s’échappe vers vous. La fillette fait de multiples pirouettes pour la récupérer, mais l’objet tombe à vos pieds. Votre attention se porte sur ce phénomène étrange et vous sursautez lorsque la main de sa propriétaire sort de l’ombre pour la reprendre. Son corps entier s’extirpe de la peinture monochrome pour devenir réel.

La demoiselle se retrouve nez à nez avec vous, avec un sourire aux lèvres et un regard qui vous défie. Puis, comme si de rien n’était, elle continue à jongler. Seule son ombre reste sur le mur, cependant ces ondulations mouvant indépendamment des contorsions de sa maîtresse, jouant parfois avec cette dernière.

Le spectacle se finalise par un lancer de balle en l’air avant sa sortie de scène ; une pirouette arrière la fait rejoindre son ombre, disparaissant ainsi de la réalité. Les balles en tissu vous retombent dessus.

L’obscurité envahie une dernière fois la pièce. Les lanternes sont lentement allumées. Blanche vous fait face. Xzyl épuisé vous demande :

J’ai besoin d’une pause, mais nous pouvons vous répondre à vos questions.



Odnis

Messages : 3219
Date d'inscription : 25/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Fin été 1187

Message  Odnis le Sam 23 Mar 2013 - 17:06

Après le banquet que Tibors a proposé, les membres de l'Alliance se retrouvent autour d'un feu par une belle nuit d'été étoilée.

Un moment, les sodales se retournent attirés par un toussotement de fillette. Blanche vêtue de sa cape de voyage fait une révérence.

Bonsoir à toutes et à tous ! Je vois que nous avons de nouvelles têtes ce soir ! Cela tombe bien, je viens de finaliser l'un de mes spectacles !

Elle enlève son manteau et le montre rapidement au public.

Cette cape ne contient aucune cache et pourtant ...

La fillette tend sa pèlerine et se cache derrière. Le manteau s'écroule et Blanche est de dos, les bras levés.

Et voila ! vous avez tous disparus !

Perkrax, comme tout bon Titalus qui se respecte, lâche un vif toussotement. Blanche se retourne.

Oups ! Vous êtes toujours là ! Bon, je vais faire l'inverse ! Cette fois ci, je vais disparaitre ! Gardez les yeux bien ouverts !

Elle reprend son manteau, se recache, fait durée le suspense en lançant des "Non c'est pas comme ça." et des "Je suis encore là !". Le silence se fait soudain, le manteau s'écroule sans sa propriétaire.

Une dizaine de seconde passe, Amalrik entend de petits bruits d'armes qui s’entremêlent dans son dos. Blanche resurgit derrière le viking, jonglant avec des dagues.

Me revoilà !

Elle finalise son spectacle en lançant ces dagues devant les nouveaux invités qu'elle reprend en effectuant de nombreuses acrobaties.
Sauf pour la dernière, celle devant Panastel avec laquelle elle ne fait aucun effort et sur un ton hautain :

Je me nomme Blanche, protégée de Xzyl et ancienne saltimbanque.

Puis lui susurre quelques mots que seul l'ancien templier peut entendre : Je ne suis nullement la chef ici, mais vous, vous me devez un service.

Elle lance un petite rire et retourne à l'Alliance pour revêtir une robe. Vous avez pu constater lors du spectacle qu'elle portait de nombreux portes dagues.

Odnis

Messages : 3219
Date d'inscription : 25/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum